Paroisse du Sacré-Cœur




www.sebastienlaban-photographe.com

Actualités


Message du Père François du 23 mai

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,

Vous l'avez sans doute appris : la célébration publique du culte – et en particulier la Messe

– ne fait plus l'objet d'interdiction par le gouvernement.

Rendons grâce à Dieu pour cette bonne nouvelle et remercions à nouveau tous ceux

qui l'ont permis, notamment par cette intervention décisive auprès du Conseil d’État,

intervention sans laquelle ce dénouement n'aurait pu intervenir à cette date.

Vous pourrez venir dès demain, dimanche 24 mai, pour participer VRAIMENT à la

Messe soit de 10h15 soit de 18h00, toutes deux célébrées dans la basilique

(Attention : ces deux Messes ne seront pas vidéo-diffusées !)

L'équipe d'accueil sera disponible pour nous aider à respecter ensemble les consignes

sanitaires pour lesquelles nous devons rester très attentifs.

Outre les dispositions que vous connaissez déjà, chacun(e) devra, à partir de 11 ans,

porter un masque. Le texte précise qu'il est possible que le masque soit

"momentanément retiré pour l'accomplissement des rites qui le nécessitent".

Il n'y aura pas d'ouverture de la basilique dans l'après-midi de ce dimanche 24 mai.

Les Messes de semaine seront elles aussi ouvertes au public, dans les mêmes conditions,

et célébrées dans la basilique à 8h30 (suivie de l'adoration eucharistique jusqu'à 9h30) et

18h30.

Elles continueront à être vidéo-diffusées jusqu'au dimanche de Pentecôte inclus, mais

pas au-delà puisque ce moyen était un palliatif à l'interdiction des Messes, dont le Conseil

d’État a jugé qu'elle était "manifestement illégale".

Nous reprendrons aussi, dans la basilique, l'adoration du jeudi de 20h30 à 21h30, à

compter du jeudi 28 mai.

Enfin, le pèlerinage annuel de Chartres ne pouvant avoir lieu sous sa forme ordinaire,

nous en accueillerons cette année quelques initiatives locales, en particulier la Messe en

forme extraordinaire célébrée dans la basilique du Sacré-Coeur le samedi 30 mai à

11h00. Même si l'accueil du public sera possible, elle sera également vidéo-diffusée.

Dans la joie de nous retrouver autour et pour notre Seigneur, je vous assure de mes

amitiés et de mes prières dans les Coeurs de Jésus et de Marie.

P. François RINEAU, osv+

Message du Père François du 20 mai

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,

Il y a quelques jours nous posions la question : A quelle date pourrons-nous reprendre

la célébration ordinaire du culte ? La décision du Conseil d’État du lundi 18 mai ne

l'indique pas mais elle nous donne des informations capitales, que nous avions déjà

soulignées à plusieurs reprises, et notamment celle-ci : « L'interdiction générale et absolue

(de réunion dans les lieux de culte prise par le gouvernement) présente un caractère

disproportionné au regard de la préservation de la santé publique et constitue ainsi une

atteinte grave et manifestement illégale à cette dernière. »

Pourquoi ? Parce que, explique le Conseil d’État, « la liberté de culte, qui est une liberté

fondamentale, comporte également parmi ses composantes essentielles le droit de

participer collectivement à des cérémonies, en particulier dans les lieux de culte. »

A défaut de s'y associer, plusieurs évêques ont remercié tous ceux qui ont pris

l'initiative juridique qui aboutit à cet heureux résultat, le Parti Chrétien Démocrate (PCD)

par exemple présidé par Jean-Frédéric Poisson, et aussi plusieurs organismes catholiques.

Cependant, nous sommes en attente de la modification de ces dispositions illégales du

gouvernement, qui doit intervenir au plus tard le 26 mai.

D'ici là, nous aurons célébré l'Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ, le 21 mai,

dont vous pourrez suivre la Messe solennelle vidéo-diffusée de 10h15.

Pour ce qui est de la solennité de la Pentecôte, le dimanche 31 mai, peut-être

pourrons-nous nous retrouver dans la basilique du Sacré-Coeur avec la joie qu'on peut

anticiper ! Bien entendu, dans les conditions sanitaires préconisées, personnes et matériel

étant prêts.

Nous vous tiendrons informés de l'évolution de la situation dès que possible.

Restons confiants dans le Seigneur, sans pour autant s'abstenir de coopérer à sa grâce, par

notre prière et par notre action, comme l'illustre opportunément la libération obtenue par

une stratégie éclairée, ferme et paisible.

Avec l'assurance de mes meilleurs sentiments religieux et en union de prières dans les

Coeurs de Jésus et de Marie.

P. François RINEAU, osv+

Message du Père François du 16 mai

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,

« Le Seigneur est vraiment ressuscité ! » C'est toujours la réalité profonde de notre foi que le

temps pascal nous invite encore à proclamer. Victoire définitive sur le péché et sur la mort qu'il nous reste à accueillir dans notre coeur et dans notre vie, dans nos familles, dans nos professions et toutes nos activités.

Nous fêterons l'Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ jeudi prochain, 21 mai, et vous pourrez suivre la Messe solennelle vidéo-diffusée de 10h15.

Nous nous préparerons ainsi à fêter la solennité de la Pentecôte, le dimanche 31 mai, en demandant à l'Esprit-Saint qu'il nous envoie un surcroît de lumière et de force pour nous aider à monter, à la suite du Christ, vers les Pâturages éternels.

A quelle date pourrons-nous reprendre la célébration ordinaire du culte ? Plusieurs référé-liberté ont été déposés auprès du Conseil d’État pour atteinte à la liberté de culte par le gouvernement, dont nous n'aurons le résultat que le lundi 18 mai.

Si jamais cette liberté essentielle nous était restituée, nous reprendrions les Messes avec accueil des fidèles dans les conditions sanitaires préconisées, dès autorisation. Les bénévoles, en particulier l'équipe d'accueil, et le matériel sont prêts : il ne manque plus que vous !

Que cette situation soit une occasion de renforcer notre amour et notre fréquentation de la Messe, notamment en semaine. La conversion de Louis XIV est très certainement due, au moins en partie, au devoir qu'il se faisait, en temps que chef de l’État, de participer à la Messe quotidiennement : « Je vais à la Messe tous les jours pour que mon peuple n'oublie pas d'y aller le dimanche » ! On mesure le chemin parcouru depuis...

Je renouvelle mon invitation à me signaler quelle solution vaudrait pour vous, personnellement, pour vous faciliter une présence une ou deux fois par semaine. Quel jour et quelle heure vous conviendraient de manière à ce que vous veniez régulièrement ? Plusieurs m'ont déjà répondu mais c'est encore un échantillon insuffisant pour être représentatif.

L'actualité récente nous a appris le décès de Birthe LEJEUNE, la femme du professeur Jérôme LEJEUNE, fondateur de la génétique moderne, ignoré pourtant de beaucoup en raison de sa ferme et paisible opposition à l'avortement. L'homélie de Mgr Michel AUPETIT prononcée en cette occasion vaut la peine d'être lue.

Enfin, le Groupe Biblique reprendra, toujours autour de l'épître aux Romains, le mercredi

20 mai à 18h00 à la cure.

Avec l'assurance de mes meilleurs sentiments religieux et en union de prières dans les Coeurs de Jésus et de Marie.

P. François RINEAU, osv+

Message du Père François du 14 mai

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,

Nous espérons que ce nouveau courrier trouvera chacun(e)s d'entre vous en bonne forme physique et morale.
Mais aussi spirituelle malgré la situation qui perdure et l'injustice vis-à-vis des croyants en général et des catholiques en particulier qu'elle entretient.

Redisons-le de manière paisible mais ferme : l'interdiction du culte par le gouvernement est inacceptable parce qu'illégitime. Elle est un abus du pouvoir politique qui devrait, même constitutionnellement aujourd'hui en France, garantir cette liberté, et non la restreindre. Il est d'ailleurs indispensable de souligner qu'en ce domaine du culte, les prêtres (et les fidèles) n'obéissent qu'à leurs autorités responsables, c'est-à-dire à leurs évêques.
Tout commandement émanant d'une autorité, quelle qu'elle soit, ne saurait s'appliquer en dehors de ses compétences d'une part, et au-delà de ceux dont elle a la charge d'autre part.
Il est légitime par contre que l'autorité politique commande un certain nombre de dispositions pratiques à l'intérieur de l'exercice libre du culte.
Le cardinal Sarah dans sa lettre du 7 mai a bien rappelé cette distinction fondamentale : soumission à toutes les dispositions émanant de l'autorité civile dès lors qu'elles ne contredisent pas la loi divine.
Restons vigilants sur ce sujet brûlant de la liberté religieuse. Comme le rappelait saint Jean-Paul II (Centesimus annusn°47) : elle est "la source et la synthèse" de tous les véritables droits de l'homme.

Soyons attentifs également parce que les forces du mal et de la mort ne restent pas inactives.
Dès les premiers jours du confinement, des sites pornographiques proposaient gratuitement bon nombre de leurs "produits".
Par ailleurs, dans un contexte de "guerre" où tous les moyens devaient en principe être concentrés sur la priorité du Covid-19, des ministres n'ont pas hésité à revendiquer une seule exception : que rien n'entrave l'accès à l'avortement...
Enfin, l’Éducation Nationale a récemment invité tous les enseignants à vérifier que le comportement de leurs élèves n'a pas été perturbé par "des influences familiales et extérieures", pointant le risque de "dérives sectaires".
On connaît ce langage émanant d'idéologues moins laïcs que laïcistes, qui invoquent une inexistante neutralité pour tenter d'effacer l'Eglise certes, mais aussi la famille. Famille, "cellule de base de la société", dont la situation sanitaire a mis en évidence la place centrale comme ultime refuge.

D'où la grâce particulière de cette période, qui remet la vie de prière au coeur de la famille et souligne son rôle indispensable pour l'éducation à la liberté. Cultivons la fidélité à la prière.
Ayons à coeur aussi de recevoir les sacrements qui nous sont accessibles. Il nous a été donné de découvrir ou de redécouvrir confession et communion spirituelles : c'est un bienfait à entretenir. Mais ces deux attitudes doivent toujours être liées aux sacrements eux-mêmes, dont elles sont la préparation ou le prolongement, utiles mais insuffisants.

La basilique sera à nouveau ouverte le prochain dimanche 17 maide 15h00 à 18h00 (Exposition du Saint-Sacrement, confessions puis communions possibles). Veillons à ce temps ne remplace pas le temps dédié à la Messe, que ce soit par vidéo-diffusion à 10h15 ou par une liturgie familiale peut-être plus participative. C'est plutôt un complément qui comblera un peu l'impossibilité où vous êtes de participer réellement au Sacrifice du Christ rendu présent sur l'autel.
N'oublions pas non plus la Messe en semaine à 8h30 et 18h30.

La semaine prochaine, la basilique sera ouverte dans un créneau plus large - de 15h30 à 18h30 - du mardi 19 au samedi 23 inclus. N'hésitez pas à programmer des passages pour venir vous plonger dans la paix et la sainteté du lieu, dans le Cœur Sacré de Jésus.

Peut-être aussi pour se poser la question de l'après. Faudrait-il tout simplement revenir au monde d'avant ? Ou tenir compte du signe adressé par Dieu à chacun(e) : où en est ta foi dans les sacrements ? Où en est ta vie de prière ? Où en est la préoccupation de ton rayonnement évangélique ?

Nous sommes dans le mois de Marie. Prions-là tout spécialement pour obtenir par son intermédiaire d'être vraiment, comme elle, serviteur et servante du Seigneur, afin de goûter avec elle, au bonheur qui ne finit pas.
En particulier grâce au chapelet, dont la fécondité est impressionnante, comme vous le montrera l'histoire en pièce jointe...

P. François, osv+

Message du Père François du 8 mai

Bien Chers Paroissien(ne)s,

Comme dimanche dernier, nous ouvrirons notre basilique ce dimanche 10 mai, de 15h30 à 18h00, pour vous donner la possibilité de vous approcher de Notre-Seigneur : "Venez vous reposer un peu", disait Jésus à ses disciples.

Le Saint-Sacrement sera exposé, vous pourrez accueillir la tendre miséricorde du Seigneur dans le sacrement de pénitence et, l'âme ainsi purifiée, recevoir le Seigneur Lui-même, "doux et humble de Cœur", pour, enfin, contempler le mystère de Dieu dans les vitraux baignés de soleil.

Nous bénéficierons à nouveau de bénévoles attentifs à la veille sanitaire, sans pour autant entretenir la psychose, mauvaise conseillère. Les remises en cause du discours officiel et médiatique, en effet, se font de plus en plus nombreuses et concordantes, notamment pour pointer la troublante suspension des libertés, à commencer par la liberté religieuse.

Dans une lettre publiée ce 8 mai, le cardinal SARAH, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, s'exprime sur la situation, parfois avec vigueur, et nous adresse quelques encouragements. Extraits :

« La privation de communion a été une profonde souffrance pour nombre de fidèles. Je le sais et je veux leur dire ma profonde compassion. Leur souffrance est proportionnelle à leur désir. Nous le croyons : Dieu ne laissera pas ce désir de lui inassouvi. Il faut rappeler par ailleurs que nul prêtre ne doit se sentir empêché de confesser et de donner la communion aux fidèles à l’église ou dans les maisons particulières, avec les précautions sanitaires requises. Mais la situation de famine eucharistique peut nous conduire à une salutaire prise de conscience. N’avons-nous pas oublié le caractère sacré de l’Eucharistie ? »

« La louange et l’adoration sont objectivement dues à Dieu. Nous lui devons ce culte parce qu’il est notre Créateur et notre Sauveur. L’expression publique du culte catholique n’est pas une concession de l’État à la subjectivité des croyants. Elle est un droit objectif de Dieu. Elle est un droit inaliénable de chaque personne. »

« Aucune autorité séculière ne saurait suspendre le culte public de l’Église. Ce culte est une réalité spirituelle sur laquelle l’autorité temporelle n’a aucune prise (...) Il revient en revanche à cette autorité civile d’interdire les rassemblements qui seraient dangereux pour le bien commun au vue de la situation sanitaire. Il est également de la responsabilité des évêques de collaborer avec ces autorités civiles dans la plus parfaite franchise. Il était donc probablement légitime de demander aux chrétiens de s’abstenir, pour un temps court et limité, de se rassembler.

Il est en revanche inacceptable que les autorités en charge du bien politique se permettent de juger du caractère urgent ou non urgent du culte religieux et interdisent l’ouverture des églises, ce qui permettrait aux fidèles de prier et de se confesser et de communier, du moment que les règles sanitaires sont respectées. Comme « promoteurs et gardiens de toute la vie liturgique », il revient aux évêques de réclamer fermement et sans retard le droit à des rassemblements dès qu’ils deviennent raisonnablement possibles. »

Nous aurons dans quelques jours de nouvelles informations concernant notre pays. Quoi qu'il en soit, que le Seigneur nous aide à saisir le temps présent pour y accueillir toutes les grâces qu'il veut nous donner, de manière à répondre chaque jour à l'Amour qui s'offre à nos cœurs.

Avec l'assurance de nos prières et de nos amitiés,

P. François

La  prière du Notre Père illustrée par les enfants du catéchisme

Message du Père François du 7 mai

Chers Paroissien(ne)s,

La ré-ouverture de la basilique du Sacré-Coeur ce dimanche 3 mai, après 7 semaines de fermeture, sentait bon le printemps, non seulement au plan de la météo mais aussi au plan spirituel et de la convivialité.
Entre 70 et 80 personnes sont venues adorer le Seigneur devant le Saint-Sacrement exposé, Le prier et Le supplier, pour eux et leurs familles, pour les malades et les soignants, et pour nos responsables politiques et religieux... Beaucoup ont reçu le sacrement de pénitence et de réconciliation puis la communion.

Les conditions de vigilance sanitaire étaient déployées de manière prudente et efficace, grâce à des bénévoles présents deux par deux de manière constante : circuit de circulation, bancs et chaises inaccessibles, purification des mains à l'entrée, etc... Les prêtres eux-mêmes, notamment pour la distribution de l'Eucharistie, ont abondamment usé de gel hydro-alcoolique !
Nous poursuivrons sous la même forme ce dimanche 10 mai dans le créneau 15h30-18h00.

La Messe est toujours diffusée en vidéo le dimanche à 10h15 et en semaine à 8h30 et 18h30. Quelques difficultés techniques ont perturbé cette diffusion à quelques reprises.

Chaque catholique souffre de l'interdiction de la célébration publique de la Messe, et cette souffrance doit nous aider à creuser en nous l'amour de l'Eucharistie, de sorte que, après cette période, nous la mettions plus au cœur de notre vie spirituelle.
Pourquoi ne pas réfléchir à la résolution de fréquenter la Messe en semaine, tel jour, de manière régulière ?
Nous attendons d'ailleurs votre avis à ce sujet : pour vous faciliter cette participation régulière, quel horaire conviendrait le mieux pour vous ? Tel jour à 7h00 voire 6h30 avant d'aller au travail ? Ou tel jour à 18h30 voire 19h00 ou 19h30 après le travail ? 8h45, 9h00 ou 9h30 plutôt que 8h30 pour les mères de famille ?

Sans doute n'est-il pas inutile, dans les circonstances présentes, de souligner que la décision du gouvernement (interdire le culte public) reste inaudible, lorsque l'on voit les supermarchés ouverts. Les églises, certes, sont ouvertes mais les Messes pourraient parfaitement être célébrées dans des conditions sanitaires sérieuses.
La décision gouvernementale est d'autre part illégitime, parce que le domaine religieux et en particulier son expression publique ne rentrent pas dans ses attributions, encore moins dans ses compétences. Il suffisait de respecter les responsables spirituels en exigeant comme partout ailleurs le respect des conditions sanitaires dans l'exercice du culte.

Comme le rappelait d'ailleurs Mgr Camiade, évêque de Cahors : "L'autorité de l’Église, en son âme et conscience, est entière et  non discutable, dans sa manière d'organiser le culte à l'intérieur des églises. Celles-ci lui sont affectées de manière exclusive, gratuite et définitive, selon la loi de 1905", en précisant : "Suivre les mesures selon les règles données par les autorités en charge de notre Nation, tant que ces règles ne contredisent pas la loi divine, fait partie de la tradition constante de l’Église."

Avançons néanmoins paisiblement, car nous sommes dans les tendres mains du Père, dans le Cœur miséricordieux du Fils et la lumière sanctifiante de l'Esprit-Saint !
Et efforçons-nous à la charité autour de nous pour que notre communauté ressorte plus fervente et plus unie, pour la Gloire de Dieu et le Salut du monde !

Avec l'assurance de mes meilleurs sentiments religieux,
P. François, osv+

Message du Père François du 2 mai

Bien Cher(e)s Paroissien(nes),

Depuis hier, 1er mai, nous sommes entrés dans le mois de Marie. C'est donc la Mère de Dieu qui nous accompagne désormais tout particulièrement, en compagnie des apôtres au Cénacle, dans l'attente de la Pentecôte. Le don de l'Esprit-Saint avait alors donné à l’Église, née du Cœur transpercé du Christ, son dynamisme missionnaire.

C'est cet état d'esprit qui doit de même nous animer, aujourd'hui et dans l'après-confinement.

Car le Seigneur ne nous oublie pas. Il a mystérieusement permis que nous creusions notre soif de Lui être plus intimement uni dans ses sacrements. Et il faut que toute soif soit étanchée...

Comme je l'avais suggéré dans les précédentes « Nouvelles de la Paroisse du Sacré-Cœur », la basilique ouvrira à nouveau ses portes, dès demain, dimanche 3 mai, de 15h00 à 18h30.

Vous pourrez y venir prier, seul ou en famille, devant le Saint-Sacrement exposé, et recevoir si vous le souhaitez le sacrement de pénitence et de réconciliation, et en outre le sacrement de l'Eucharistie.

Bien entendu, les précautions sanitaires restent d'actualité. Un circuit de circulation permettra d'éviter les croisements de fidèles (on entre par la porte de droite, on sort par celle de gauche, habituellement porte d'accès) ; quelques gouttes de gel hydralcoolique seront versées sur vos mains (en attendant le distributeur adéquat) ; la moitié des bancs temporairement condamnés en vue de la distanciation sociale préconisée...

Chacun saura manifester ainsi sa charité, attention vis-à-vis de soi-même et attention vis-à-vis du prochain.

Pour la semaine prochaine, la basilique sera ouverte du mardi 5 au samedi 9 mai, de 16h30 à 18h30, dans les mêmes conditions.

Pour vous aider à suivre la Messe de dimanche, retransmise en vidéo à 10h15 (cfhttps://www.youtube.com/channel/UCOJmnje10NBB5e9y1Kx79DA), vous trouverez la feuille de Messe ci-dessous.

Nous y ajoutons le texte d'une interview qui est une analyse très pertinente de la situation où se trouve, en France, la liberté religieuse.

En vous redisant notre proximité spirituelle, en union de prières dans les Cœurs Sacré de Jésus et immaculé de Marie, nous vous assurons de notre amitié !

--
Père François RINEAU, osv+

Message du Père François du 30 avril

Bien Cher(e)s Paroissien(nes),

Plus que le changement de météo, avec une arrivée d'eau que la nature attendait et le retour du soleil qui nous manque déjà (!!), c'est la récente déclaration du Premier ministre le 28 avril qui alimente les conversations, pas seulement dans les frontières de l’Église catholique.

Édouard Philippe a en effet annoncé : « Je sais l’impatience des communautés religieuses, mais je crois légitime de demander de ne pas organiser de cérémonies avant cette barrière du 2 juin », rappelant que les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts, et que les funérailles dans l'église sont toujours autorisées dans la limite de 20 personnes.

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France a pris acte « avec regret de cette date qui est imposée aux catholiques et à toutes les religions de notre pays… nous voyons mal que la pratique ordinaire de la messe favorise la propagation du virus et gène le respect des gestes barrières plus que bien des activités qui reprendront bientôt. »

Plusieurs évêques se sont exprimés avec une intensité à la fois vive et inaccoutumée, à la hauteur des problèmes soulevés. Il me paraît utile de vous les faire connaître.

Dans la forme d'abord. « Les trois lignes sèches et lapidaires du Premier ministre à propos des cultes sont inacceptables » a expliqué Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre. L’évêque de Bayonne, Mgr Marc Aillet, interprète aussi la décision « abrupte et sans nuances » du Gouvernement comme « un manque de respect envers les croyants. On peut en effet s’interroger sur le bien-fondé d’une telle décision qui ne semble pas cohérente avec la reprise annoncée de l’école, des entreprises, des transports en commun, des commerces, de la vie sociale en bien de ses aspects, comme la vie culturelle (médiathèques, bibliothèques… »

On comprend en effet que sont en jeu des questions de fond, notamment celle de la liberté de culte, expression de la liberté religieuse.

Pour Mgr Éric Aumonier (Versailles), « le renvoi de toute possibilité de célébration au-delà du 2 juin exclut de fait la liberté de culte (...) La confiance ne semble pas être accordée aux fidèles et aux prêtres pour faire preuve de la prudence et de la responsabilité qu’ils ont pourtant manifestées jusqu’à présent… »

Même ton chez  Mgr Dominique Lebrun (Rouen) : « Je partage l’incompréhension de beaucoup devant la relégation de la liberté de culte à la dernière roue du carrosse de la nation française. »

Mgr Matthieu Rougé va encore plus loin : « Il y a un défaut du respect des croyants et de la liberté religieuse qui est incompréhensible… Il y a un tropisme anticatholique qui a pris le dessus chez le Président de la République ».

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, évoque un cas de conscience et menace : « Évêques, nous ne pouvons admettre que le Gouvernement nie notre spécificité et la nécessité de la vie spirituelle de nos fidèles. Aucun Gouvernement français ne l’a fait. Je proteste… La liberté de culte n’existe plus sous le prétexte d’un danger d’épidémie. C’est une grave atteinte aux droits humains et elle en annonce d’autres… On ne peut pas priver nos fidèles de la nourriture essentielle qu’est la grâce sacramentelle. Donc nous les nourrirons. »

Mgr Robert Le Gall, évêque de Toulouse, évoque même des messes clandestines : « Ma crainte pour l’avenir est simple. Devant le caractère inacceptable de cette attente sacramentelle qui n’en finit pas pour les fidèles, des célébrations clandestines vont se mettre en place ! Le résultat sera pire finalement. Les pouvoirs publics vont essayer de les interdire, mais on passera outre en certains lieux. Il aurait mieux valu autoriser le culte public progressivement et calmement, en nombre limité, comme nous l’avions proposé au gouvernement. Nous n’avons pas été entendus. »

Mgr Guy de Kérimel (Grenoble) propose que « des prêtres puissent avoir la possibilité de célébrer la messe à domicile… Normalement, il n’y a jamais de messe privée, mais chez des personnes en souffrance, cela devrait être possible, en prenant évidemment toutes les précautions nécessaires. »

Il ne s'agit pas d'un appel à la révolte et chacun doit évidemment rester ferme mais paisible, comme le Christ devant ses juges. Nous serons attentifs à l'évolution des événements ces prochains jours.

C'est une raison supplémentaire de poursuivre notre prière confiante car Dieu n'abandonne pas son peuple. De poursuivre notre vie sacramentelle sous les formes spirituelles qui sont le plus communément accessibles, sans se lasser de demander au Seigneur de l'histoire que la sagesse des hommes ne soit plus folie présomptueuse.

Pour toutes ces raisons, le temps semble venu d'ouvrir à nouveau les portes de notre basilique pour venir déposer inquiétudes, impatiences et espérances dans le Cœur de Jésus.

Nous vous en préciserons les modalités dans le prochain courrier programmé le samedi 2 mai, en particulier à ce qui touche aux nécessaires précautions sanitaires : circuit de circulation, distanciation sociale, lavage des mains à l'entrée de la basilique notamment.

En vous redisant notre proximité spirituelle, nous vous assurons de notre amitié !

--
Père François RINEAU, osv+

Message du Père François du 26 avril

Cher(e)s Paroissien(ne)s,

Voilà que s'ouvrira en début de semaine prochaine la 7e semaine de confinement ! Ouverte durant le carême, cette période se poursuit dans le temps pascal et nous marchons vers la Pentecôte, sans trop savoir comment les choses retrouveront leur "normalité" à compter du 11 mai.
La prière jointe : "Je reste à la maison, Seigneur !", pleine de confiance en Celui qui, au-delà des apparences et de tant de difficultés ou de souffrances, guide les événements et fait toutes choses nouvelles, pourra nous accompagner ces prochains jours.

Voici quelques nouveaux extraits de la bulle d'indiction sur la miséricorde du Pape François (11 avril 2015), pour nous aider à mieux connaître aimer, et vivre de la miséricorde du Seigneur à notre endroit.

'Patient et miséricordieux', tel est le binôme qui parcourt l'Ancien Testament pour exprimer la nature de Dieu (...) D'une façon particulière, les Psaumes font apparaître cette grandeur de l'agir divin : "Car Il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; Il réclame ta vie à la tombe et te couronne d'amour et de tendresse" (Ps 102,3-4) (...) En bref, la miséricorde de Dieu n'est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète à travers laquelle Il révèle son amour comme celui d'un père et d'une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d'eux-mêmes par leur fils. Il est juste de parler d'un amour 'viscéral'. Il vient du cœur comme un sentiment profond, naturel, fait de tendresse et de compassion, d'indulgence et de pardon (...)

Dans les paraboles de la miséricorde, Jésus révèle la nature de Dieu comme celle d’un Père qui ne s’avoue jamais vaincu jusqu’à ce qu’il ait absous le péché et vaincu le refus, par la compassion et la miséricorde. Nous connaissons ces paraboles, trois en particulier : celle de la brebis égarée, celle de la pièce de monnaie perdue, et celle du père et des deux fils. Dans ces paraboles, Dieu est toujours présenté comme rempli de joie, surtout quand il pardonne. Nous y trouvons le noyau de l’Évangile et de notre foi, car la miséricorde y est présentée comme la force victorieuse de tout, qui remplit le cœur d’amour, et qui console en pardonnant.

Dans une autre parabole, nous recevons un enseignement pour notre manière de vivre en chrétiens. Interpellé par la question de Pierre lui demandant combien de fois il fallait pardonner, Jésus répondit : 'Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante dix fois sept fois'. La parabole est d’un grand enseignement pour chacun de nous. Jésus affirme que la miséricorde n’est pas seulement l’agir du Père, mais elle devient le critère pour comprendre qui sont ses véritables enfants." A suivre...

Je remercie enfin celles et ceux qui ont bien voulu verser leur "quête", soit par le site diocésain (https://don.belley-ars.fr/), soit directement dans la boîte aux lettres de la paroisse, ou encore par voie postale. C'est en suivant le même lien que vous pouvez déposer votre offrande de Messes.
Mais aussi celles et ceux qui ont déjà donné suite à la campagne CARAB destinée à financer le changement d'un conduit de la chaudière de la basilique.

En espérant nous retrouver unis pour la Messe de ce dimanche diffusée en direct à 10h15, soyez assurés, Cher(e)s Paroissien(ne)s, de nos prières et de nos amitiés.

--
Père François RINEAU, osv+

Message d'action de grâces des enfants adorateurs

Suivez en direct la Messe de la Miséricorde

Message du Père François du 18 avril

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,

Nous fêtons ce dimanche la Divine Miséricorde, c'est-à-dire le Cœur infiniment aimant de Dieu qui n'est pas rebuté par nos péchés, comme nous l'avons contemplé dans le Mystère Pascal.
Pour vous associer avec ferveur et confiance à cette grande fête, je vous joins la feuille de Messe, une proposition d'homélie (rubrique 
Horaires messes et confessions) et deux recueils de textes.


Merci à celles et ceux qui nous ont déjà confié leurs intentions et offrandes de Messes, mais aussi leur quête, soit par courrier, soit via le site du diocèse : https://don.belley-ars.fr/

Pour continuer à mettre à votre disposition quelques archives audio, voici une nouvelle émission RCF : "Les guerres de religion et la saint Barthélémy", que vous pourrez entendre moyennant le lien (
Ecouter l'épisode: AEH Les affrontements religieux en Europe), ou en allant sur le site de la paroisse ( https://www.sacrecoeur-bourgenbresse.fr/ ), au menu 'Accueil' où vous trouverez 'A écouter'.

Notre vicaire général nous signale, ce que j'ai pu moi-même constater, que certaines entreprises de Pompes Funèbres imposent délibérément, y compris pour des familles chrétiennes, les obsèques en dehors des églises, alors même que c'est une exception accordée explicitement par les pouvoirs publics, dès lors que sont appliquées les mesures élémentaires de prudence, pour une assemblée ne dépassant pas 20 personnes.
Les familles peuvent toujours s'adresser à des entreprises qui respecteront leur demande, notamment les Pompes Funèbres Catholiques de Lyon, qui ont une succursale à Villefranche/ Saône ( accueil.69@s-c-f.org J-Ph Ugolini 06 33 33 54 32 ).

Enfin, la vidéo jointe sur le linceul de Turin ne manquera pas d'intéresser !

https://drive.google.com/file/d/1DmNi_lEpE47BWXCagRYuTj7z1pygJip1/view

Je vous assure de mes meilleurs sentiments religieux et de mes prières,
P. François, osv+

Message du Père François du 15 avril

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,

Le Christ est ressuscité, alléluia ! Merci pour tous les messages envoyés et reçus à l'occasion de la grande fête de Pâques, tellement grande et centrale pour notre Foi et notre vie, que l’Église la célèbre toute une semaine (que l'on appelle l'octave), jusqu'au prochain dimanche inclus, dimanche de la Miséricorde.

Nous espérons que les circonstances particulières vous ont permis de déployer la liturgie familiale, dans le recueillement, la ferveur et la joie ! Je vous mets quelques illustrations de nos célébrations, celle de la Vigile Pascale, avec le feu dans le jardin de la cure et la Messe dans l'oratoire saint Vincent de Paul, et celle du dimanche dans la basilique.

Comme il est très important de prendre de la hauteur pour comprendre le sens des événements traversés, je vous joins une longue mais éclairante interview du cardinal Sarah, Préfet de la Congrégation pur le culte divin et la discipline des sacrements.

Réflexion qui nous aidera à anticiper l'après-confinement : pourra-t-on reprendre tout simplement les choses où elles en étaient auparavant ?
Ou pouvons-nous tirer profit de cette longue retraite, pour notre vie spirituelle et morale, personnelle et familiale d'abord ; pour une charité renouvelée entre nous, susceptible de provoquer chez les non-croyants et non-pratiquants, comme aux premiers jours de l’Église vivifiée par la Pentecôte, le cri stupéfait ouvrant à la conversion des cœurs : "Voyez comme ils s'aiment !" ensuite ; et enfin, appuyés sur la prière et la charité, pour un souci revisité d'un rayonnement évangélique de proximité ?

Au-delà du drame, de la surprise et des désagréments, il y a un ferment d'Espérance, une grâce d'opportunité, que nous pouvons d'ores et déjà demander à l'Esprit-Saint de comprendre et saisir, ce qui sera d'ailleurs une bonne préparation de la Pentecôte.

Dans cette grande confiance en la Providence Divine, je vous redis, Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s,toutes mes amitiés et l'assurance de mes prières.
--
Père François RINEAU, osv+


Message du Père François du 11 avril

Bien Cher(e)s Paroissiens, Bien Cher(e)s ami(e)s,

A tous ceux que cela pourrait aider à vivre les célébrations et le temps liturgique que nous vivons de manière si particulière, je joins les feuilles concernant la Vigile Pascale de ce soir, que nous célébrons à 20h30 au Sacré-Coeur, et la Messe de la Résurrection, célébrée à 20h30 (dans la rubrique Feuilles Paroissiales)

Ce samedi est un jour de recueillement et de silence, pour accompagner le Christ, dont le corps est déposé au tombeau depuis la veille, et dont l'âme humaine descend aux enfers pour y aller chercher les âmes des  Justes (attendant depuis leur mort parfois très lointaine) et les emporter avec Lui, au matin de Pâques, dans le Paradis qu'Il nous a conquis de haute lutte.
Nous attendons le lever du véritable Soleil, avec Marie, elle qui a la lune sous ses pieds. C'est ce que pourrait signifier la photo jointe du Sacré-Coeur sous la lune !

C'est dans cet esprit que, aujourd'hui, Samedi Saint 11 avril, à 17h00, vous pourrez assister via internet (et notamment ce site :  https://www.linceulturin.net/ ) à l'ostension extraordinaire du Saint Suaire de Turin, voulue par l'archevêque de Turin, Mgr Nosiglia, pour supplier le Christ mort et ressuscité, Sauveur du monde, de mettre un terme à la pandémie du covid-19.  Mgr Nosiglia explique :

" Ce temps de contemplation mettra à la disposition de tous, à travers le monde, l’image du Saint Suaire, qui nous rappelle la passion et la mort du Seigneur mais qui ouvre aussi nos cœurs à la foi en la Résurrection du Christ.

L’amour est le plus fort : c’est l’annonce de Pâques qui remplit nos cœurs de gratitude et de foi. Oui, l’amour avec lequel Jésus nous a donné sa vie est plus fort que toute souffrance, maladie et contagion, toute épreuve et découragement. Rien ni personne ne pourra jamais nous séparer de cet amour, il nous unit à Lui avec un lien indissoluble.

Le pape François dans son message pour l’ostension du suaire de 2013 nous a dit que ce n’est pas nous qui contemplons, dans le Suaire, un visage qui a les yeux fermés par la mort. Mais c’est Lui qui nous regarde pour nous faire comprendre le grand amour qu’il a pour nous, nous libérant du péché et de la mort. Ce visage parle à notre cœur et nous communique une grande paix et c’est comme s’il nous disait : ayez confiance, ne perdez pas espoir, la force de l’amour de Dieu et du Ressuscité gagne tout."

Je vous propose de reprendre la tradition du 31 décembre à minuit qui consiste à s'envoyer les souhaits de "Bonne année", en transmettant, surtout aux personnes isolées dont nous avons ou aurons recueilli le numéro de téléphone, directement ou par SMS : "Le Christ est ressuscité, alléluia !", invitant l'interlocuteur à répondre : "Il est vraiment ressuscité, alléluia, alléluia !"

Bon Samedi Saint et, d'ores et déjà, belle, sainte et heureuse fête de la Résurrection !
P. François, osv+

Message du Père François du 9 avril

Bien Cher(e)s Paroissien(ne)s, Cher(e)s Ami(e)s,

Comme promis et pour 'coller' à la liturgie, je vous transmets la feuille de Messe de ce Jeudi Saint, accompagnée d'une homélie du Père Abbé de Fontgombault (36) (dans la rubrique Feuilles Paroissiales)

Que ces éléments vous aident à vivre ce grand jour où commence à être rendu plus visible l'Amour du Fils de Dieu. C'est à la fois l'anniversaire de la fondation du sacerdoce ministériel (les prêtres) et de l'Eucharistie, sacrements voulus par le Christ pour répandre sa grâce et sa vie, que vous ne pouvez vivre, pour le moment, que de manière spirituelle et néanmoins féconde malgré les apparences.

Comme il vous faut beaucoup de patience mais aussi de confiance, j'ai pensé utile de vous joindre ce message du Cardinal Müller (ancien Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi) sur la confiance en Dieu.

Merci à tous ceux (toutes celles...) qui ont bien voulu commencer à confectionner des masques utilisables dans les visites nécessaires auprès des personnes malades, âgées, etc... et suffisamment efficaces (ce ne sont pas des masques chirurgicaux).
Pour les personnes qui voudraient se joindre à cette belle initiative, j'insère à titre d'illustrations différents modèles de masques.
Les premières réalisations m'ont été remises hier et aujourd'hui !

Enfin, pour stimuler votre imagination en ce qui concerne le Chemin de Pâques, un bel exemple en pièce jointe.

Nous vous gardons bien dans notre prière, présents presque visage par visage, autant que la mémoire s'y prête, avant de goûter la joie des retrouvailles, prémices des réjouissances éternelles !
P. François, osv+


Message du Père François du 7 avril

Bien cher(e)s Paroissien(ne)s et bien cher(e)s ami(e)s,

Nous voilà dans la Grande Semaine, au seuil du Mystère Pascal, où le Fils de Dieu fait homme en Jésus, va offrir a vie à son Père par amour pour nous, parce qu'Il nous aime et a soif de notre amour en retour.
C'est ce qui animait Sainte Mère Térésa qui le disait à ses religieuses : "Jésus veut que je vous dise encore (...) combien est grand l'amour qu'Il porte à chacun de vous - au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer (...) Non seulement, Il vous aime, plus encore - Il vous aime ardemment. Vous Lui manquez lorsque vous n'approchez pas [de Lui]. Il a soif de vous. Il vous aime toujours, même lorsque vous ne vous en sentez pas dignes."

Le grand dominicain, le Père Lacordaire le prêchait à Notre-Dame de Paris au milieu du 19e siècle : "L'amour (...) a partout un besoin qui est dans son essence (sa nature) et dont il ne peut s'affranchir : ce besoin de l'amour, étonnez-vous tant qu'il vous plaira, ce besoin de l'amour, c'est d'être aimé. L'amour pardonne tout, sauf une seule chose, qui est de n'être pas aimé." Rejoignant ainsi le cri de saint François d'Assise : "L'Amour n'est pas aimé."

Et comment Dieu procède-t-il ? "C'est parfois toute une stratégie que Dieu dresse autour de toi, pour qu'à un certain moment tu puisses enfin t'abandonner, céder à sa force et te laisser aimer." (Divo Barsotti)
Demandons cette grâce, dans cette semaine où nous célébrons l'incandescence du Cœur Sacré de Jésus, d'ouvrir le nôtre pour que l'Amour y opère toutes les transformations qui ouvrent au don de nous-mêmes, à Dieu et à notre prochain.

Nous pouvons nous y aider par un environnement approprié. C'est peut-être l'occasion de réaliser un jardin de Pâques, à l'image de la crèche de Noël, avec les 3 étapes du jeudi saint et de la Cène, du vendredi saint et de la Croix, et enfin de la Résurrection avec le tombeau ouvert.
Un atelier "Décoration œufs de Pâques" peut y être associé.

Les célébrations surtout, quelles qu'en soit la forme, nous y disposeront dès lors que nous y mettrons cet élan.

Je vous rappelle les horaires auxquels notre évêque célèbrera, avec retransmission sur le site de notre diocèse (https://catholique-belley-ars.fr/) :
Jeudi Saint - Messe chrismale à 10h30 ; Messe en la mémoire de la Cène du Seigneur à 18h00 ;
Vendredi Saint - Chemin de Croix à 15h00 ; Office de la Passion à 18h00 ;
Samedi Saint - Office des ténèbres à 9h00 ; Vigile Pascale à 21h00.
Dimanche de Pâques - Messe à 10h30.

La Paroisse célèbrera pour sa part aux horaires suivants :
Jeudi Saint - Office des ténèbres et laudes à 8h05 (sous réserve) ; Messe en la mémoire de la Cène du Seigneur à 19h00 ;
Vendredi Saint - Office des ténèbres et laudes à 8h05 (sous réserve) ; Chemin de Croix à 15h00 ; Office de la Passion à 19h00 ;
Samedi Saint -  Office des ténèbres et laudes à 8h05 (sous réserve) ; Vigile Pascale à 20h30.
Dimanche de Pâques - Messe à 10h15 ; vêpres solennelles avec adoration et bénédiction du Saint-Sacrement à 18h00 (sous réserve).

A compter de demain, j'enverrai chaque jour la feuille de célébration avec une proposition d'homélie pour ne pas trop alourdir cet envoi.

Nous avions envisagé et commencé à préparer la retransmission de nos offices et célébrations au Sacré-Coeur. Cependant, des difficultés techniques d'une part, un petit incident de santé (petit et sans rapport avec le Convid-19) d'un des membres de notre communauté d'autre part, nous en ont dissuadés.

Merci à celles et ceux qui nous ont déjà confié leurs intentions et offrandes de Messes, ou bien leur offrande de quête, via le site de notre diocèse : https://don.belley-ars.fr/denier/denier-de-leglise

Vous pourrez découvrir une nouvelle émission sur le site paroissial : "A écouter : l’Église au risque de l'histoire", (Aller à l'onglet "Accueil" ou via le lien ci-dessous) autour de la question : l’Église catholique s'est-elle préoccupée de la question ouvrière ?

         Ecouter l'épisode: AEH L'Eglise et la question ouvrière    

D'autres documents joints vous accompagneront ces prochains jours.

Avec toutes mes amitiés et l'assurance de mes prières,
P. François, osv+

Banderoles des paroissiens pour célébrer les Rameaux

En dépit du confinement général, un grand nombre de paroissiens ont célébré la fête des Rameaux en déployant à leurs fenêtres une banderole pour glorifier l'entrée triomphante de Jésus à Jérusalem!

En voici quelques exemples.

Message du Père François du 2 avril 2020

Cher(e)s paroissien(ne)s, bien cher(e)s ami(e)s,

Notre carême se poursuit. Nous avions peut-être pris de bonnes résolutions (prière, aumône, jeûne) et nous avions raison : nulle possibilité d'atteindre le sommet sans en prendre les moyens !
La Providence a rebattu les cartes (les nôtres...) mais nous n'en verrons les bienfaits qu'avec un peu de recul, même si déjà quelques-uns se dessinent, tant au plan social et politique, qu'au plan chrétien.
Je vous joins d'ailleurs le témoignage d'un médecin italien, pour qui la pandémie de coronavirus a été la voie du Seigneur !

On peut relire avec profit la fable de Jean de La Fontaine : "Les animaux malades de la peste", qui illustre à la période présente. On peut chercher à trouver aux acteurs des visages contemporains, sans trop de peine. On peut bien sûr y lire aussi, à quelques jours de l'entrée dans la Semaine Sainte, le sacrifice de l'Innocent par excellence, le Fils de Dieu fait homme.

Poursuivons notre effort de prière, notamment au profit des malades, des morts et de leurs familles, sans oublier le personnel soignant. Notre évêque nous avait dès l'origine invités à réciter une dizaine de notre chapelet à ces intentions.
Poursuivons aussi les bonnes initiatives prises dans le cadre de la famille, église domestique, ou ecclesiola.
Pour les offices de la Semaine Sainte, notre évêque invite à ne pas se contenter des liturgies visionnées mais à les 'dynamiser' grâce au coin prière familial qui doit être beau : une nappe, une croix ou une icône, une image de la Vierge Marie, une Bible, quelques cierges et quelques fleurs (la saison s'y prête), pour nous aider à entrer dans la liturgie.

Concernant les différents horaires de la Semaine Sainte - ceux de notre évêque et ceux de notre Paroisse - les informations utiles vous seront communiquées dans notre prochain courriel.

La situation peut nous aider également à dégager des espaces pour la formation. Pour vous y aider, vous trouverez en pièce jointe une petite histoire de la famille, rédigée il y a quelques années, mais qui n'a pas beaucoup vieilli.

Dans le message précédent, je signalais que vous pouvez nous faire parvenir vos intentions et offrandes de Messe, notamment via le site du diocèse en allant sur : https://don.belley-ars.fr/denier/denier-de-leglise. Vous pouvez également par le même lien participer à la quête, avec la possibilité d'obtenir un reçu fiscal. Il suffit de désigner la paroisse indiquée "Bourg Sacré-Coeur".

L'actualité entraîne pour beaucoup de l'inconfort, et pour un grand nombre le drame. L’Église reste pleine d'Espérance et n'invite pas à la tristesse. C'est l'exemple à méditer ci-après... https://www.youtube.com/watch?v=X8e1f59IRB0&feature=youtu.be

En vous souhaitant bon courage, je vous assure, Cher(e)s paroissien(ne)s, bien cher(e)s ami(e)s,de mes prières et de mes amitiés.
P. François, osv+

Message du Père François du 23 mars 2020

Chers Amis,

 

En réponse à une interrogation générale et légitime au sujet de la privation de communion eucharistique, vous avez reçu une petite note pour vous guider dans la communion spirituelle.

Une question similaire se pose pour la réception du sacrement de pénitence et de réconciliation. Vous trouverez donc en pièce jointe une note au sujet de la confession spirituelle. N'hésitez pas d'ailleurs à nous solliciter pour des compléments d'information.

Mercredi 25 mars, toute l’Église fêtera l'Annonciation, c'est-à-dire le début de l'Incarnation du Fils de Dieu. Pour marquer cette journée, le pape François nous demande de le rejoindre à midi (12h00) pour nous adresser ensemble à notre Père du

Ciel, en récitant avec lui le "Notre Père" là où nous sommes.

Ce même jour, notre évêque célébrera la Messe à 10h30, à laquelle vous pourrez assister via le site du diocèse (https://catholique-belley-ars.fr/). Sans doute les difficultés d'image constatées dimanche dernier auront-elles été résolues.

Enfin, dans la soirée et dans toute la France, les cloches sonneront pendant 10 minutes à partir de 19h30 et chaque personne, chaque famille est invitée à déposer des bougies sur les rebords de fenêtre (en signe de communion de prière et d'espérance), à lire le récit de l'Annonciation (Luc 1, 26-38) et à réciter un chapelet (mystères glorieux) pour les malades, le personnel soignant, et pour la délivrance de l'épidémie.

On pourra aussi lire avec profit le texte de Dom Pateau, Père Abbé de l'abbaye de

Fontgombault (Indre).

Prions bien les uns pour les autres, avec confiance et la joie de l'Espérance !

Père François RINEAU,

Curé de la Paroisse du Sacré-Coeur

le Seigneur Jésus bénit notre paroisse, chacun de ses habitants et de ses fidèles, chacune de ses familles !

Jeudi 19 mars - Bénédiction de la paroisse et de ses habitants

Le Père François Rineau bénira notre paroisse, tous ses habitants et toutes ses familles, jeudi 19 mars à 10h00 par Jésus présent dans le Saint-Sacrement, depuis le haut de la basilique du Sacré-Coeur

Courrier du Père François Rineau


Information

 

Horaire des célébrations de la Semaine Sainte sur Bourg-en-Bresse

Repas de l’amitié de la paroisse

Samedi 25 janvier - Conférence pour découvrir Sain François de Sales

Université de la vie



Actualités 2019

Actualités 2018

Actualités 2017

Actualités 2016

Actualités 2015


Information de Mgr Pascal Rolland